Lycée Hôtelier de Dinard - Formations Cuisine, Hôtellerie, Barman, Sommellerie, CAP, BAC, BTS - Naissance de l’archéologie de la grande guerre

29 septembre 2014

Naissance de l’archéologie de la grande guerre

alain-fournierL’écrivain Alain-Fournier, auteur du Grand-Meaulnes, est décédé le 22 septembre 1914.

En 1991, le service d’Archéologie de Lorraine fut chargé par le Ministère de la Culture de prescrire une opération de fouilles archéologiques inédite en France. Il s’agissait alors de procéder à la première fouille officielle d’une sépulture datant de la Première Guerre Mondiale. Le but avoué était avant tout d’identifier le corps de l’écrivain, disparu le 22 septembre 1914 au cours d’une mission de reconnaissance.

Né le 3 octobre 1886, Alain-Fournier venait de publier en 1913 ce qui restera son unique roman, Le Grand Meaulnes, qui connaitra après-guerre une renommée internationale. Comme tout homme en âge de porter les armes, il est mobilisé le 2 août 1914. Promu lieutenant, il part rapidement au front et participe à la bataille des frontières. Il disparait le 22 septembre 1914 avec 20 de ses frères d’armes.

Les familles des disparus ont entrepris de multiples démarches dès 1914 mais n’ont pas réussi à localiser les corps. Il faudra attendre 1990 pour qu’un groupe d’amateurs passionné de littérature, arrive à localiser, après 13 années de recherches, l’emplacement précis de la tombe. Faute de moyens suffisants, le Ministère de la Culture propose au secrétaire d’Etat aux anciens combattants que leurs deux administrations organisent conjointement l’exhumation des corps, et l’opération fut lancée le 4 novembre 1991. Fin novembre 1991, après 26 jours de fouilles, les squelettes furent démontés os par os, prélevés individu par individu, et les objets exhumés furent prélevés avant d’être amenés au laboratoire de Metz. Grâce à la collecte des données confrontée aux documents civils et militaires disponibles, 19 individus sur 21 ont été identifiés dont l’écrivain Alain-Fournier.

Cette opération archéologique, qui en 1991, était la première de son genre en France, a posé les bases de l’archéologie de la Grande Guerre. Elle a permis d’identifier les corps des soldats depuis longtemps disparus, de déterminer avec exactitude les causes de leur décès, de restituer les dépouilles à leurs familles et de rendre un dernier hommage à ces soldats.

Articles similaires

Les commentaires sont fermés.

A propos de l'auteur :


Version 2.1